Skip to content

PAN Bio 2025

Protection de l’environnement, alimentation plus saine, circuits réduits des produits régionaux : voici là tout autant de bonnes raisons de privilégier les aliments biologiques. En comparaison avec les autres pays de l’UE pour ce qui est des dépenses annuelles en produits bio par habitant, le Luxembourg se place dans le peloton de tête, et plus précisément en troisième position derrière le Danemark et la Suède, et devant l’Autriche.

La forte demande implique l’achat d’une grande partie des produits biologiques dans d’autres États membres de l’UE ou leur importation à partir de pays tiers. Malgré l’offre croissante de produits biologiques locaux, les pénuries de fruits et de légumes ne sont pas rares ; le pays manque de produits essentiels à la composition de plats.

La loi modifiée du 27 juin 2016 concernant le soutien au développement durable des zones rurales a déjà introduit de nombreuses subventions en matière de bio. À ce jour, environ 5 % des terres agricoles luxembourgeoises sont certifiées « biologiques », la moyenne européenne se situant aux environs de 7 %. Ainsi, le programme gouvernemental actuel (2018-2023) prévoit de faire progresser le secteur biologique au Grand-Duché de Luxembourg à l’aide du Plan d’action national de promotion de l’agriculture biologique, ou « PAN-Bio 2025 ».

Le PAN-Bio 2025 a été élaboré lors d’un atelier de type « world café » par des acteurs issus d’un large éventail de domaines du secteur biologique, d’associations, de ministères et d’administrations, ainsi que d’ONG nationales. Ce processus participatif jette les bases d’une mise en œuvre prometteuse. 

Objectif

L’objectif déclaré du PAN-Bio 2025 est de faire passer la proportion de terres cultivées biologiquement au Luxembourg à 20 % d’ici 2025 afin de contribuer à l’orientation verte de la politique européenne* au Luxembourg. 

Le PAN-Bio 2025 s’appuie notamment sur les résultats issus d’un premier plan d’action daté de 2009. En effet, la promotion du secteur de la viande bovine biologique par le biais de mesures et d’études ciblées, ainsi que la commercialisation des produits se sont révélées particulièrement fructueuses. D’autres points, tels que la création d’un réseau de fermes de démonstration à orientations différentes, diverses publications, des séances d’information sur l’agriculture biologique et la conversion, ainsi que le soutien apporté à des projets de recherche, à des champs de démonstration et à des essais variétaux, font l’objet de mises à jour et sont complétés par de nouveaux instruments dans le cadre du PAN-Bio 2025. Des évaluations continues de l’ensemble des mesures et instruments sont prévues tout au long de la période de mise en œuvre afin de procéder à d’éventuels ajustements en temps utile.

*La promotion de l’agriculture biologique ne constitue pas seulement une composante essentielle de la PAC [politique agricole commune de l’UE] après 2020 ; il s’agit également d’une composante clé du « Green Deal » de la Commission européenne et de son orientation verte, qui incluent au sens large des aspects environnementaux et climatiques de l’agriculture ; elle s’inscrit également dans le cadre des mesures visant à mettre en œuvre les objectifs nationaux du PNDD [Plan national pour un développement durable], du PNEC [Plan national intégré en matière d’énergie et de climat], des directives « Oiseaux » et « Habitats », ainsi que de la stratégie « De la ferme à la table » de l’UE, visant à atteindre 25 % d’agriculture biologique en Europe d’ici 2030.

Piliers et mesures

Le PAN-Bio 2025 s’articule autour de quatre piliers stratégiques* :

01. Élaborer un état des lieux actuel du secteur de l’agriculture biologique au Luxembourg en vue d’initier des actions ciblées

02. Accroître la visibilité du secteur de l’agriculture biologique auprès des différents groupes de la population en vue d’encourager les ventes

03. Accroître l’attractivité du mode de production biologique pour les producteurs en vue de certifier davantage de surfaces

04. Développer et structurer les différentes filières de production, de transformation, de distribution et de commercialisation en vue d’accroître la production et la demande

Chacun des quatre piliers repose sur un schéma comportant cinq indicateurs : 1. l’objectif concerné, 2. la mesure pertinente, 3. l’indicateur de suivi et/ou de réussite, 4. l’acteur et 5. un calendrier prévoyant un cadre bien défini pour l’objectif et la mesure pertinente.

*Pour obtenir des informations détaillées sur les piliers, veuillez cliquer ici